dimanche 25 septembre 2016

Lectures en vrac 2.

Bonsoir chez vous.
Ou bonjour, si vous lisez ça la journée.

Je vais parler rapidement de mes deux dernières lectures fiction. "Rapidement" car j'ai une mémoire (sale dans son fleuve de boue)(paie ta référence) pourrave qui fait que je me rappelle peu de ce que je fais.

Pratique, n'est-il pas ?

Commençons par le dernier ouvrage que j'ai lu !

Un sale de boulot
de Christopher Moore.


Paie ta couverture bien rentre-dedans.

Charlie est un mec lambda de chez lambda, malgré ses tendances drama king. Nous le rencontrons alors que sa petite fille vient de naître, Sophie. Au moment où il vient ramener quelque chose à son épouse tout juste mère, Rachel, il voit un étrange homme habillé tout de vert pâle, qui semble bien choqué que Charlie puisse le voir ! Au moment même où leur rencontre prend fin, la vie de Rachel se termine également.

Dès lors, des choses louches arrivent dans l'entourage de Charlie : des objets brillent étrangement, il connait le nom de parfait-e-s inconnu-e-s, des corbeaux semblent le suivre, des voix étranges sortent des égouts ... Il faut se rendre à l'évidence : Charlie est lié à la Mort, et celle-ci semble vouloir qu'il bosse pour elle.

Ce livre est très drôle. Il y a des blagues (la plupart jouant sur l'humour absurde ou les jeux de mots) très souvent, dont un quiproquo entre "gay" et "goy". Mais, vu la jaquette, on pouvait s'en douter avant même de l'ouvrir.

Le truc qui m'a gêné-e : j'ai pas beaucoup aimé les persos. Charlie est un mec lambda couillon, c'est énervant. Sa sœur est sympa par contre, sa fille aussi. Mais les personnages secondaires sont très unidimensionnels voire clichés. 

La palme des persos clichés revient aux voisines russes et chinoises de Charlie dont les caractéristiques se résument à ... être russe et chinoise, et mal parler l'anglais. Tant qu'à faire. Sans compter que le mec en vert pâle s'appelle Mentalo et n'a rien de notable à part ... s'habiller en vert pâle et s'appeler Mentalo ??? On le voit quand même pendant pas mal de pages, pourtant.

Et puis, dans les derniers chapitres, ça part trop dans le sérieux et c'est brouillon. C'est typiquement la fin qui sort de nulle part, et qui a fait retomber mon enthousiasme pour ce livre comme un soufflé foireux.

C'est un livre sympathique, sans plus.

Les temps sauvages
de Ian Manook (alias Patrick Manoukian).
(viol cw)


Ce livre, c'est : DE LA MERDE.
C'est la suite de Yeruldelgger, et ce sont des livres policiers.

J'aime pas les livres policiers, c'est vrai. Mais quand j'ai vu que ça se passait en Mongolie, je me suis dit "Il y a peut-être moyen que ça évite les clichés et que ce soit cool !"


Et non. Manook nous sortait dès le premier tome les bons gros clichés de base de livre policier dont le central :

"Personnage principal flic de génie incompris trop torturé par des affaires de famille trop sombres et qui essaie de rattraper mais il n'y arrive pas car ses enfants ne l'aiment plus RT si c triss. Et il est trop balaise à la bagarre et il fait peur mais en fait c'est un jontil et il a une amoureuse-pas-vraiment-son-amoureuse tu vois."


Même Nick Cave en a marre.

Bon. Le premier tome se lit, malgré ces clichés à la pelle (dont les personnages féminins qui sont respectivement "médecin légiste qui est trop sympa et douce et c'est la gf du héros" et "femme flic badass mais qui fait des erreurs et il lui arrive des merdes mais le héros est là") et malgré une scène de viol collectif totalement gratuite.

Mais le deuxième, Les temps sauvages ...
IAN. 
Tu voulais VRAIMENT remplir ta grille de bingo de "clichés merdiques de livres policiers", y'a pas moyen.

C'est ENCORE pire que la tome 1 tes personnages féminins. J'aime bien Oyun (la flic), mais là tu en fais la meuf badass qui devient idiote pour un mec, ohlalala l'amour ça rend con (heureusement que Yeruldelgger est s'en rend compte, il est TROP malin, c'est un mec quoi).
Pourquoi ? 
Pourquoi tu la hais ? C'est un des deux bons persos que tu as écrits (avec Gantulga).

Les seuls bons points de ces deux bouquins, c'est que les enquêtes policières sont sympa. Enfin, pas sympa genre "trop cool", mais elles sont bien pensées. Dommage que Manook/Manoukian ait mis tout son talent dans cette partie de l'histoire et pas l'écriture de ses persos qui est, vous l'avez compris, globalement à chier.

Et cette fin qui sort de nulle part dans Les Temps Sauvages. Je te JURE que le mec a torché la fin de son bouquin en un dialogue de deux pages et demie, avec des persos qui se barrent en mode YOLO, sans explications concrètes (merci l'usage du dialogue qui évite bien de devoir développer les persos, ça l'aurait fait chier sinon).

Et en plus, vu les dernières lignes, il risque d'il y en avoir un troisième.
Brace yourselves.

Update : En fait, il va sortir le 3 Octobre. Si quelqu'un vous l'achète, vous pourrez en faire du compost.

Oui, je n'ai parlé que de deux livres. Voir que Manook persiste (vraisemblablement) sur son chemin de guingois m'a mis-e K.O.


Bisous sous le plaid sur vous !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire