dimanche 11 septembre 2016

La différence invisible [BD]

Me revoilu en ce dimanche où j'écoute le dernier single de Lady Gaga en boucle entre deux écoutes en boucle de Skeleton Tree.

Aujourd'hui, petite review d'une BD achetée par Mecton il y a environ deux semaines :

La différence invisible 
de Mademoiselle Caroline et Julie Dachez.


Rien qu'en voyant la BD, je me suis dit que ça allait parler autisme. Spidey sense (ou juste intuition par rapport au titre et à l'image en fait). Impression confirmée par le préface qui nous cause de Hans Asperger, Kanner et leurs potes.

Marguerite a 27 ans et travaille dans le graphisme dans une entreprise lambda, aime son chat, son chien et son copain. Une meuf lambda quoi.



Sauf que Marguerite est super-sensible aux sons, à la lumière et a du mal avec les conventions sociales (parler de la pluie et du beau temps, préserver les apparences, socialiser avec ses collègues,etc) et cela lui pose des problèmes dans sa vie quotidienne, au travail, avec son copain, avec ses amies, etc.

On suit donc le quotidien de Marguerite avec ses difficultés dues à sa sursensibilité et son incompréhension (partielle) du monde. Et un jour, après un meltdown (une crise de nerfs, pourrait-on dire) qui rend les relations avec son copain encore plus instables, elle décide de Googler ses soucis et tombe sur des pages sur le syndrome d'Asperger.

Ah bah merde, ça fait un choc, découvrir qu'on est possiblement autiste à presque trente balais.
Bien sûr, ses proches ne la croient pas : elle bave pas, elle se cogne pas la tête, elle parle aux gens ... Rien à voir avec Rain Man ou les clichés de l'autiste larmoyants.

Mais Marguerite ne désespère pas et essaie de pouvoir se faire diagnostiquer pour découvrir si elle est oui ou non autiste, et lae lecteurice la suit également dans ce parcours.

Oui, bon la BD est un peu simpliste dans le sens où elle est surtout destinée aux gens non-autistes ou qui viennent juste de découvrir cet univers. Elle verse plus dans l'explication de l'autisme qu'autre chose, elle fera découvrir peu de choses au gens connaissant déjà ce sujet. Je l'ai plus ressentie pédagogique qu'autre chose, donc oui, elle est assez simpliste dans son écriture, dans les situations abordées (mais cela ne veut pas dire que des autistes ne les vivent pas ou ne les ont pas vécues, attention).

Ce qui contribue à renforcer cette impression pédagogique, c'est le dossier sur l'autisme en fin de récit : on y apprend comment l'autisme a été décrit dans des écrits psy, comment la France traite les autistes, quels traits autistiques sont les plus fréquents, etc.

Au niveau du dessin ... C'est joli, simple (pas de décors super fouillés ou des détails physiques à la pelle), ce qui permet de nous concentrer sur le récit et sur ce que ressent Marguerite. Ces impressions de "trop" sont notamment très bien transcrites avec la couleur rouge qui envahit progressivement les cases.



Le truc qu'il est bien, c'est que c'est une Aspergirl ( (sur)nom que se donnent certaines femmes/filles Asperger) qui est à l'origine du projet, donc c'est crédible, c'est réel. Même si les situations ont été romancées pour parler à tou-te-s et permettre un récit fluide, on part du témoignage d'une personne concernée, et c'est cool.

 ... Je crois que c'est Rudy Simone qui est venue avec le terme Aspergirl avec ses livres sur le sujet sauf que Rudy Simone, elle est pas forcément très bien vue des autistes parce qu'elle dit qu'elle a arrêté de l'être en arrêtant le gluten, magie.


Oui, je comprends votre certaine perplexité. Sachant que manger sans gluten, ça soigne aussi la fibromyalgie (d'après un article Femina), je vais finir par croire que c'est une anti Pierre Philosophale ce truc à force.

Vous pouvez retrouver cette BD dans toutes les librairies, pas seulement les spécialisées BD : Fnac, Cultura, Furet,etc au prix de 22€95 (et ouais, elle est assez épaisse). Je vous la recommande si vous connaissez peu l'autisme et voulez en apprendre plus, ou si vous êtes concerné.e et comptez la prêter à votre entourage pour qu'ils vous pigent un peu plus.

Pour la deuxième option, vous pouvez aussi acheter ce livre de Rudy Simone, si vous êtes afab (assigned female at birth, née fille en gros : si vous avez élevée en tant que fille avec les clichés, normes sociales et la patafouin qui va avec car ça influe vachement sur nous mine de rien, dans l'autisme aussi)(oui j'explique sans doute très mal, je suis rentrée d'un mariage à 4h du mat' aussi).


Sur ce,
IT WASN'T LOOOOOOVE
IT WASN'T LOOOOOOVE
IT WAS A PERFECT IIIILLUSIIIOOOON



Je repars groover en tee Adventure Time.
Bisous beurre de cacahuète-caramel sur vous !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire