samedi 30 janvier 2016

Nouvelle année.

Oui, je sais, on est le 30 Janvier. Vu les morts de gens cool que Janvier 2016 a apporté, j'ai préféré l'ignorer et croire qu'il n'était qu'un relent putride de 2015.

Toujours est-il : Bonne Année en retard (sauf pour les chinois, les persans et sans doute d'autres cultures qui le fêtent plus tard) !


Je vous avais promis lors du dernier article de parler de mon gros challenge de 2015. Et je vais honorer ma promesse ! Un-e Lannister paie toujours ses dettes, TMTC.





Faut bien se motiver hein.

Comme certain-e-s d'entre vous le savent déjà, j'ai souffert de Troubles du Comportement Alimentaires (TCAs) depuis mon début d'adolescence (12 ans environ), notamment anorexie avec crises de boulimie vomitives et potomanie (boire beaucoup beaucoup d'un coup, mais des boissons non-alcoolisées).

Je vais pas vous détailler ma vie à ce sujet, vous devez vous douter que c'était pas le plus merveilleux pan de ma vie, vivre avec cette maladie et ses retentissements physiques, psychologiques et sociaux. J'ai fait partie du mouvement pro-ana pendant quelques années, avant de m'en détacher à cause de sa toxicité. Je dois avouer que certaines idées PA me collent encore, notamment les clichés grossophobes. Je n'en suis pas fière, et je travaille chaque jour à les défaire.


J'ai beaucoup fréquenté de forums de personnes souffrant de TCAs, et je m'y suis fait des amies très proches, que j'ai vues IRL ♥ Malgré des moments difficiles voire même glauques, il y avait de vrais liens d'amitié entre nous, et c'est en grande partie grâce à ces filles que je vais mieux aujourd'hui. Je leur en suis très reconnaissante d'avoir été là pour moi.


Et l'an dernier, en Janvier, alors que j'étais en stage, une nouvelle m'est tombée dessus comme une masse.


Une de mes camarades de forum de longue date était décédée en Juin 2014 à cause de l'anorexie. Son corps affaibli avait subi une hypokaliémie, et son cœur a fini par lâcher à l'aube de l'été.


Elle n'avait que 24 ans. J'avais alors 22 ans, et j'avais déjà plusieurs avertissements concernant ma santé et le grand risque de mourir prématurément, moi aussi.


J'ai pleuré pendant des jours, chez moi, dans le train, au travail. D'autres amies avaient connu ce type de perte, mais c'était la première fois que ça touchait une personne que je connaissais et aimais. L'idée qu'une jeune fille aussi adorable qu'elle, fiancée, pleine de projet puisse décéder à cause de cette saloperie de maladie m'était insupportable.

Je trouvais (et trouve toujours) cela profondément cruel et injuste.

Et au milieu de ses pensées, une m'a frappée de plein fouet : "Si tu continues comme ça, Alice, ce sera ton tour. Ce seront tes proches qui te pleureront de cette façon. Est-ce que tu veux vraiment laisser les TCAs te tuer à petit feu comme ça ?"


Le voilà, mon déclic. De plus, avec ma fibromyalgie, j'avais besoin de prendre des forces, et ça devait passer par plus manger.


Bien sûr, ça a été difficile au début , psychologiquement et physiquement. Il faut se rassurer, se convaincre, se persuader qu'on ne va pas être répugnante et faible si on finit son assiette, et apprendre à son estomac à tenir de plus grandes quantités. Dans mon cas, il a aussi fallu que j'arrête de vomir, malgré les nausées que j'ai pu avoir les premières semaines, et Seigneur, ça a été dur.



Mais j'ai réussi.



Le 16 Février 2015, j'ai posté cette photo sur Facebook.




Légende : J'ai dépassé les 54 kg et je ne suis pas un monstre immonde ! Dans tes dents l'anorexie! (la joie du jour)


Le mois prochain, ça fera un an que je lui ai collé ce premier coup dans les dents. Mon poids reste stable (56/57kg pour un peu plus d'1m70), sans que je me prive.


J'ai découvert récemment la Minnesota Starvation Experiment ou en français, L'expérience du Minnesota. Celle-ci visait à découvrir les conséquences physiques et mentales de la faim/famine et les conclusions de l'expérience font froid dans le dos tant ils se retrouvent chez les personnes anorexiques, moi et mes amies comprises.


Oui, bon, on a pas été jusqu'à se couper des doigts avec une hache comme un des cobayes, non plus.



Quand j'ai recommencé à manger, mentalement, j'ai commencé à aller mieux. Même si je ne suis pas toujours pas une personne youpli boum là vive la vie les p'tits zozios, il y a quand même une très grande amélioration, remarquée par mes ami-e-s.

Ami-e-s que je remercie du fond du cœur pour m'avoir aidée quand j'étais malade et pour continuer à m'aider encore aujourd'hui à laisser l'anorexie et ses potes derrière moi. Je ne me considère pas encore totalement guérie.


J'avais lu quelque part, peut-être un forum, qu'on en guérit jamais complètement. Les TCAs sont une maladie si insidieuse, qui laisse une empreinte si fort sur le corps et l'esprit, qu'elle laisse une cicatrice, une blessure toujours prête à se rouvrir.

C'est un travail colossal que d'essayer d'en sortir, et c'est un combat constant pour ne pas céder aux voix que la maladie vous incruste en tête.


En 2016, je vais continuer à m'éloigner d'elle. Je vais faire de mon mieux. Je sais que je suis bien entourée, que je peux le faire.

Au niveau du blog, je vais me motiver à poster plus souvent. Des critiques de films, de séries, de livres. Parler de tout et de rien.





Comme tu dis Miranda.



Sur ce, je vous laisse, je dois lire mon bouquin sur les relations Orient-Occident que je devais rendre à la bibli début Janvier !



Bisous pistache-amande sur vous !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire